Partagez | 
 

 better have my money back (darya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En transition

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 72
POINTS : -1
ICI DEPUIS : 19/07/2015
AGE : 22

OCCUPATIONS : diamonds' queen principalement. troisième année de design et travaille secrètement aux sources chaudes de dongnae.


MessageSujet: better have my money back (darya) Mer 22 Juil - 3:30


better have my money back
darya & shin
Shin lâcha un soupir tout en refermant les portes immenses de l'ancienne bibliothèque de l'université, cette même bibliothèque qui servait maintenant de qg aux diamonds. Il avait besoin de se vider l'esprit, de partir loin de cet endroit qui lui rappelait toutes ses responsabilités en tant que queen. D'ailleurs, il n'avait jamais aimé avoir des responsabilités. Prendre des décisions qui auraient des répercussions sur d'autres personnes ? Très peu pour lui. Il avait toujours préféré être le garçon insouciant, un peu casse-cou, qui, à la moindre bêtise, n'hésitait pas à accuser quelqu'un d'autre. Le gars qui était censé être responsable de lui, par exemple. Mais ce n'était pas comme s'il avait pu refuser une telle carte. C'était comme si on lui proposait de rouler en porsche et qu'il finissait par choisir une pauvre twingo. Ce choix aurait été idiot mais s'il n'avait pas été poussé par sa mère, c'était le choix qu'il aurait sûrement fini par faire.
Cependant, il fallait avouer qu'une telle carte avait des avantages que Shin savait apprécier. Dans une famille telle que les diamonds, où la hiérarchie est souveraine, il n'était pas difficile pour le jeune homme de faire taire les personnes qui fouillaient trop son passé. Ainsi, il y avait beaucoup moins de chance qu'il soit découvert. Jusqu'à la nouvelle redistribution des cartes. Évidemment. Mais pour le moment, il préférait ne pas y penser.
Shin aurait très pu se passer. Il n'était pas rare que des conflits éclatent dans la famille et c'était donc très souvent lui qui devait trancher et, sachant que sa parole était indiscutable, les problèmes étaient rapidement réglés. Cependant, il n'aimait pas faire ça : écouter les deux partis, faire comme s'il y accordait une quelconque importance et finalement, rendre sa décision. La plupart du temps, il se contentait juste de faire la ploum dans sa tête pour désigner la personne qui avait tort et celle qui avait raison et faire comme s'il y avait longuement réfléchi.

Il marchait dans les couloirs de l'université, réfléchissant à ce qu'il allait maintenant faire. Il n'avait pas de but précis, à part peut-être échapper quelques instants à sa position encombrante de queen et redevenir le banal étudiant qu'il aurait pu être. Son esprit vagabonda pendant quelques secondes, cherchant un endroit peu fréquenté où il pourrait s'installer avant de se rendre compte qu'il n'avait pas besoin d'aller très loin pour être tranquille. Il connaissait l'endroit parfait.
Quelques pas de plus et il arriva devant la salle de musique. Il ouvrit la porte sans hésiter et pu constater, comme il s'y attendait, qu'il n'y avait personne. Un sourire se dessina sur ses lèvres, signe de satisfaction et il entra refermant la porte derrière lui. Shin se dirigea immédiatement vers le piano et appuya sur quelques touches avant de s'assoir. Il n'en avait peut-être pas l'air mais le jeune homme savait en jouer. Les cours de piano faisaient partie des délires étranges de sa mère mais il avait fini par y prendre goût. C'était d'ailleurs la seule chose qu'il avait continué de pratiquer : finis les cours de golf le samedi matin et les cours d'escrime (sisi) l'après-midi.
Il en profita pour jouer quelques morceaux et laissa ces douces mélodies envahir doucement la salle. C'était reposant, relaxant. Ses yeux se fermèrent et il laissa ses doigts glisser librement sur le clavier qu'il connaissait par coeur. Mais quelque chose finit par le déranger, comme une présence derrière lui. Il ouvrit les yeux et se retourna rapidement. Il y avait effectivement quelqu'un. Une jeune femme. Quelqu'un qu'il ne voulait absolument plus voir. Darya Schwartz. Son ex petite-amie. Elle avait les bras chargés de paquets, comme si elle revenait d'un centre commercial et qu'elle s'était trompée de chemin. « T'es perdue ? » C'était plutôt débile comme question mais elle était sortie seule de sa bouche. Ils ne s'étaient quasiment plus adressés la parole depuis qu'ils avaient rompu et n'étaient pas restés en très bon terme. « En fait j'ai pas envie de savoir par contre tu peux repartir. » Il essayait de se donner un genre, faire comme s'il était passé à autre chose mais il avait bel et bien gardé une dent contre Darya.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
En transition

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 416
POINTS : 0
ICI DEPUIS : 08/07/2015
AGE : 24

COEUR : je ne souffre pas de maladies cardiovasculaires, rassurez-vous.

MessageSujet: Re: better have my money back (darya) Jeu 23 Juil - 22:50

shin&darya
ootd + c’est pas une bonne journée. elle n’est pas non plus de bonne humeur. même si elle aimerait bien. le temps fait lourd, elle a l’impression de sué comme un porc et elle est cette pièce sans aucune climatisation. elle a pas de quoi se rafraîchir et même avec sa jupe elle a l’impression de porter une combinaison de ski, c’est bête. elle est assise bêtement en faisant semblant de noter son cours. l’université, c’est pas aussi facile que la moitié des filles du bahut. elle fait que de se fondre dans la masse, rejoindre les trèfles c’était pas une mauvaise idée vu à quel point ça lui ressemble. elle dit que c’est pas vraiment son truc et pourtant elle y est encore. à force, le cours du prof, c’est devenu presque qu’une distraction pour elle même si c’est censé l’aider dans son job de future actrice. sa main s’arrête devant son énième page blanche sans relâcher la pression exercée sur son stylo quatre couleurs. elle cligne ses yeux bruns, les orientant vers les gens autour d’elle. elle imagine son monde en le redessinant à sa guise. elle effectue des traits brusques puis plus léger. elle est pas une artiste, elle sait pas faire de portraits, elle dessine juste comme ça. avec une certaine gaucherie, elle recommence avec une autre couleur et elle s’arrête en redécouvrant sous tous les angles toutes les fantaisies qu’elle vient de faire, perplexe. c’était tout sauf compréhensible. mais après tout, c’est pas super étonnant vu à quel point elle est excentrique. // soudain, le cours semble être fini. tout le monde s’est dirigé vers la sortie comme si on leur avait dit qu’il y’avait des réductions au KFC. avant de s’enfuir, elle aperçoit son professeur au coin de l’oeil. encore un con qui se prend pour le meilleur alors qu’il est rien qu’un prof dans une fac. elle a essayé de continuer son chemin le plus vite possible, mais il l’a rattrapé. « il me semble, que tu n’aies pas rendu ta traduction. » qu’il dit, d’un ton sec. elle lui affirme pourtant que si, mais il ne semble pas la croire. après tout, c’est toujours les "adultes" qui ont raisons. il lui dit qu’elle risque le zéro, elle en rit intérieurement. elle qui a passé toute la soirée sur cette traduction, elle mérite pas ça. elle a envie de se déchaîner, comme un putain d'ouragan. les profs, eux, on peut pas les frapper, c’est comme ça. alors elle s’est contenue. elle est partie en le saluant, polie au’elle est au lieu de lui lâcher tout ce qu’elle souhaitait lui dire, elle est simplement sortie. sortir et quitter cet endroit. sortir et éviter de cracher sur le vieux. sortir et s’aérer la tête pour calmer cette salle humeur. // elle rentre directement chez elle. elle dort une, deux, trois heures pour rattraper le temps qu’elle a perdu en venant ce matin. puis lorsqu’elle se relève, elle s’aperçoit qu’elle a toujours pas vendu sur le marché les cadeaux de son "ex" : byeol shin. cet abruti qui s’est bêtement fait avoir en croyant qu’elle était à peu près l’héritière de MARKTKAUF, une enseigne allemande. du coup, il était tellement fou d’elle qu’elle s’est retrouvée avec des tas de cadeaux. quelle fut sa surprise quand son acheteur hurla de rire en voyant tout ces cadeaux. celui-ci ne riait pas parce qu’elle était aussi chargée qu’un soldat, non. c’était du faux et rien que du faux. elle avait sûrement pu tirer 20% du lot. remercions la mère de shin, qui elle, ne s’offre pas du faux, qualité leader price. elle comprends pas l'intérêt. acheter du fake pour une personne qu’on est censé être dingue. elle a joué de lui, certes. mais il est riche, alors pourquoi ? // elle est retournée à l’université, elle allait pas garder toutes ces babioles sans valeur. elle a pas eu le choix, elle a dû demander à tout les étudiants qui passaient devant elle où était la foutue queen des diamonds. c’était la première fois qu’elle se faisait remarquer. la première fois qu’elle avait l’air si en colère. elle porte tous ces sacs. telle une idiote. telle une vieille meuf qui sort des soldes. elle est à bout. elle la sent. l’hystérie. elle a envie de cogner tout ce qui bouge, c’est pas humain d’avoir autant haine en soi. elle respire un grand coup. respire darya, tu t’es déjà bien foutue de sa gueule. elle a sa technique. faire comme si le monde n’existait pas. elle trace sa route vers le bâtiment b, on lui a dit qu’il était pas loin de la salle de musique. y’a intérêt. intérêt qu’il soit là, avant qu’elle pète un câble. // arrivée là, elle entend quelques notes de piano. bizarrement ça l’apaise. elle sait qu’elle doit rester zen. elle s’avance et elle le voit. amen. elle a pas envie de jouer à cache-cache plus longtemps. il lui demande si elle est perdue, puis lui dit juste après qu’elle devrait repartir. elle esquisse un sourire, si petit qu’on ne le voit presque pas. il n’avait pas du tout changer. « tiens c’est à toi non ? » elle se débarrasse de tous ses paquets et les laisse là, au sol, histoire de le voir s’abaisser pour les reprendre. « ah et tu sais que j’ai pas besoin de ton autorisation pour parler. » qu’elle dit en passant une main dans ses cheveux tout emmêlés. c’est pas un type comme lui qui va lui donner des ordres, loin de là. « pour répondre à ta question, oui je suis perdue. j’ai toujours pas compris pourquoi j’ai eu droit à de la contrefaçon en fait. t’étais pas censé m’aimer, monsieur l’héritier de l’entreprise dont on ignore le nom ? » elle sait que son accent allemand est encore plus ridicule qu'il ne l'est déjà. elle sait que ça sert à rien de s’en prendre à lui. elle sait que revenir vers lui c’était pas vraiment une bonne idée, mais elle a tellement les nerfs qu’elle avait pas d’autres solutions. elle qui avait prévu de dîner dans le restaurant le plus chic de busan, la voilà qu’elle va sûrement passer la soirée en mangeant des jajangmyeon.


"u didn't expect me":
 



society killed her

adolescence didn’t make sense, a little loss of innocence. the ugly years of being a fool. ain’t youth meant to be beautiful?©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
En transition

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 72
POINTS : -1
ICI DEPUIS : 19/07/2015
AGE : 22

OCCUPATIONS : diamonds' queen principalement. troisième année de design et travaille secrètement aux sources chaudes de dongnae.


MessageSujet: Re: better have my money back (darya) Ven 24 Juil - 19:00


better have my money back
darya & shin
Combien de fois s'étaient-ils adressés la parole depuis leur rupture ? Zéro. Pour deux personnes vivant dans la même ville et étudiant au même endroit, c'était plutôt un chiffre honorable et le jeune homme aurait bien voulu garder ce chiffre au compteur jusqu'à ce qu'il soit diplômé et qu'il puisse partir loin d'ici. Mais il fallait bien que cela arrive un jour. Cette confrontation. Shin avait imaginé plusieurs fois comment cela se passerait. Il avait évidemment imaginé à une dispute digne des séries à l'eau de rose, avec des assiettes qui volaient dans tous les sens. Il avait également pensé qu'ils pourraient tout mettre à plat, qu'ils ne seraient peut-être pas amis mais qu'au moins, ils ne seraient plus en mauvais terme. Et évidemment, il avait imaginé Darya lui retomber dans les bras après quelques explications.
C'était fou. Un délire. Un fantasme. Un idéal. Mais surtout une grosse connerie. Après tout, elle s'était royalement foutue de sa gueule, avait joué avec ses sentiments comme un enfant joue avec une petite voiture et était partie comme une voleuse avec tous les cadeaux qu'il lui avait offerts. Il était vrai qu'il n'avait pas totalement été sincère avec elle. Il lui avait caché pas mal de choses, lui avait menti mais, une chose était sûre : ses sentiments étaient plus que vrais. Il l'avait aimé comme il n'avait jamais aimé personne et elle avait joué de ça. Sa fierté en avait pris un coup : d'habitude, c'était lui qui se foutait des autres en leur racontant des mensonges aussi gros les uns que les autres mais cette fois-ci, il s'était fait prendre à son propre piège. L'arroseur arrosé. Le karma. Il fallait bien que cela arrive un jour.

Shin essayait de garder un visage neutre. Il perdrait s'il se mettait en colère, s'il commençait à l'engueuler. Après tout, c'était ce que Darya cherchait, non ? Le voir s'énerver pour ensuite afficher un sourire satisfait sur son visage. C'était sûrement pour ça qu'elle était venue le voir pour la première fois après tout ce temps. Il haussa les sourcils quand elle lui lança les sacs qu'elle trimbalait. Elle disait que c'était à lui mais, il ne voyait aucune de ses affaires. Il lui fallut quelques secondes de plus pour se rendre compte que toutes les choses qu'elle avait jetées au sol, comme des déchets, étaient tous les cadeaux qu'il lui avait offerts pendant la courte durée où ils étaient en couple. Il eut l'envie de se baisser et de tout ramasser, voir comment elle avait traité ses cadeaux mais il se retint de le faire, car c'était probablement la chose qu'elle voulait qu'il fasse. Elle voulait le voir à genoux, et devant elle qui plus est. Mais une queen ne s'abaisserait pas à ça. C'est les autres qui doivent se plier à lui. Alors du bout du pied, il fouilla dans les cadeaux, essayant de prendre une expression de dégout. « Techniquement, c'est à toi » finit-il par dire après avoir fini son inspection. « C'est cadeau, tu gardes. Je suis pas un débarras. »
Il essayait d'écouter ce qu'elle avait à lui dire, il saisissait la plupart des mots qui sortaient de sa bouche mais était tout de même plus focalisé sur son accent allemand. Il y était habitué mais c'était toujours aussi drôle et cela l'était même encore plus maintenant qu'il n'était plus en couple avec elle. Il avait trouvé ça mignon et maintenant, il avait juste envie de se moquer. « C'est quoi le dernier truc que t'as dit ? Avec ton charabia allemand, j'ai pas tout compris. » Il sourit, le genre de sourire moqueur qui pouvait blesser. « Alors pour toi, quand quelqu'un aime une personne, elle doit lui offrir des trucs hors de prix, c'est ça ? » Il fallait s'y attendre de la part d'une personne comme Darya qui ne pensait qu'à l'argent. Elle le dégoûtait et l'énervait en même temps. Le jeune homme se sentit alors horriblement ridicule d'avoir aussi durement travailler aux sources chaudes pour pouvoir lui payer tous ces cadeaux. C'était de la contrefaçon, peut-être, mais ça restait des cadeaux. Il avait passé un temps fou à économiser pour pouvoir les acheter parce que sa mère ne lui donnait que le strict minimum pour vivre et la voir les traiter comme de la pure merde, lui donnait la gerbe. « T'as des goûts de luxe, tu veux que je te dise quoi ? » Darya lui rappelait vaguement ces jeunes femmes qui se mettaient en couple avec des vieux milliardaires en attendant patiemment qu'ils passent l'arme à gauche pour pouvoir rafler l'héritage. « Si tu veux vraiment des trucs de luxe, je connais un gars aussi blindé que moi qui pourrait t'offrir n'importe quoi contre quelques services en nature, si tu vois ce que je veux dire. »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
En transition

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 416
POINTS : 0
ICI DEPUIS : 08/07/2015
AGE : 24

COEUR : je ne souffre pas de maladies cardiovasculaires, rassurez-vous.

MessageSujet: Re: better have my money back (darya) Dim 26 Juil - 9:56

shin&darya
ootd + il l'aimait et elle le savait. il lui a donné son cœur et elle l'a brisée. dire que la société pense qu'il n'y a que les garçons qui sont des briseurs de cœurs. les filles se débrouillent pas mal aussi. enfin darya elle y arrive. elle a joué de lui et elle l'a fait exprès. elle a fait la fille dure, elle a fait comme si elle regrettait pas. mais c'est horrible ce qu'elle a fait et jamais elle va se l'avouer. avouer que c'est la méchante dans l'histoire, jamais. darya elle fait pas ça pour admirer la souffrance, elle fait ça pour la survie, elle fait ça pour l'argent, elle fait ça pour que maman aille mieux à l'autre bout du monde. elle a tellement de raisons que c'est comme si on lui demande de faire une dissertation sur le poulet frit, y aura trop de choses à dire. // ce qu’elle fait, c’est pas grand chose. elle a tuée personne, ils s’en remettront. une planète sans fils de putes, c’est nul. trop tranquille. elle anime la terre. elle réinvente les lois du karma. elle donne de la vie. mais elle réduit l’espoir et établit un peu de malheur parce que rien n’est parfait. faudrait plutôt la remercier, la remercier de leur endurcir le coeur, la remercier pour tout ce qu’elle a fait pour qu’ils fassent preuve de maturité, qu’ils changent. la victime a été byeol shin, le menteur. le débutant. il est pas mieux. mais lui, il a un cœur, un vrai. elle a joué de ça. elle a trouvé une excuse pour le quitter. une excuse pour partir avec tous ces cadeaux de marque. enfin, "de marque". y’a erreur. mensonge. elle a pas passé quatre mois pour du vide. pour une perte de temps. // les choses auraient certainement pu être largement différentes, si darya serait tomber amoureuse. elle arrive pas à s’imaginer, parce que c’est aussi moche que susan boyle. elle aurait pu être une fille normale, pas si méchante et pas si déterminée. mais c’est arrivé, on peut plus tout changer. elle a sombré dès que talya est morte, dès que maman est devenue folle, dès que papa l’a emmené loin. whatever. // ça la déçoit de pas le voir s’accroupir, de ne pas le voir à genoux. c’est son idéologie de reine qui a dû lui monter à la tête. il a changé c’est évident. ses yeux ne disent plus darya, maintenant ils disent crève. il lui redonne ses paquets. le problème, c’est qu’elle en veux pas. ça a pas de valeur. elle a pas envie de les vendre sur le campus. pas envie de passer pour l’étudiante, gitane, qui fait la manche, pas son truc. « j’en veux pas. » elle va pas plus loin, elle va droit au but, qu’il comprenne définitivement le message. « je suis revenue rien que pour ça alors, joyeux anniversaire voici tes cadeaux. pas la peine de me remercier. » qu’elle dit avec tant de générosité. elle lui sourit mais prend pas la peine de reprendre les sacs, elle se donne pas du mal. elle s’abaisse pas, non. elle donne juste un petit coup dedans à l’aide de son pied, comme ça c’est fait. // voilà qu’il rit de son accent. elle fronce les sourcils, perplexe. y’a comme un malaise. faut-il rire ? s’énerver ? pleurer ? c’est censé provoquer, ah bon, pas sûr, on hésite. sa bouche pourrait presque prononcer un vas te foutre amical, mais elle a pas envie de s’abaisser à son niveau d’ado. c’était nul, so 2013. alors elle continue de lui sourire, tellement que ses dents pourraient presque grincer. elle arrive même plus à être si en colère, d’un coup. « je suis censé me vexer ? » qu’elle demande au cas où. elle qui l’avait imaginé beaucoup plus méchant, on dit que c’est la dure réalité. elle l’a surestimé. « c’est ce que les riches font, et t’en est un non ? je vois pas où est le problème. » elle paraît pour la plus grosse superficielle du campus. elle s’en fout. y’a personne. quitte à faire dans l’honnêteté, autant aller jusqu’au bout. « oh. devrais-je dire, c’est l’attention qui compte pas le cadeau ! » elle se fout de sa gueule, encore une fois. faire l’hypocrite elle sait faire, tellement que le diamonds est tombé amoureux de son hypocrisie. « mais sinon tu pourrais dire un truc genre : je m’excuse, je te rembourserais. » qu’elle rajoute. elle sait que y’aurait pas plus bête pour dire ça, mais c’est shin : le naïf, le pigeon. « tu sais que si t’aurais utilisé ton cerveau, au lieu de m’acheter toutes ces contrefaçons sans importance… t’aurais pu m’acheter des boucles d’oreilles CARTIER ? ça m’attriste, rien que d’y penser. » elle aurait pu les revendre au moins. elle aurait pu manger dans un resto chic. et au lieu de ça, il a fallut que le signe LOUIS VUITTON soit écrit de travers. catastrophe. // il veut la transformer en catin. le genre de femme qui baise pour l’argent. celle qui a des tas de sugar daddies. navrée, mais il lui reste encore un peu de dignité, et pour être une pute il faut avoir les courbes. pis on note qu'après être qualifié d'étrangère qui ne parle pas très bien coréen, voilà qu’elle se fait qualifier de prostituée, ça vole pas super haut tous ça. mais faut avouer, être avec son "ami" lui aurait pourtant pris moins de temps. « tu veux être mon proxénète pendant qu’on y est ? » quelle ironie.



society killed her

adolescence didn’t make sense, a little loss of innocence. the ugly years of being a fool. ain’t youth meant to be beautiful?©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
En transition

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 72
POINTS : -1
ICI DEPUIS : 19/07/2015
AGE : 22

OCCUPATIONS : diamonds' queen principalement. troisième année de design et travaille secrètement aux sources chaudes de dongnae.


MessageSujet: Re: better have my money back (darya) Mer 5 Aoû - 18:50


better have my money back
darya & shin
Shin s'était déjà demandé à plusieurs reprises si Darya regrettait ce qu'elle lui avait fait. Si elle avait regretté ne serait-ce qu'une seconde d'avoir joué avec ses sentiments, lui prendre tout ce qu'elle avait à prendre de lui avant de le jeter comme une pauvre chaussette. Parce que oui, il s'était senti comme quelque chose qu'on jetait après avoir trop joué avec, comme quelque chose que l'on avait tellement trop utilisé qu'on avait rien d'autre à faire que de le jeter à la poubelle. Mais le pire dans l'histoire, c'est que Shin pensait avoir fait quelque chose du mal, que c'était à cause de lui que leur relation était partie en couille et qu'il ne pouvait blâmer personne d'autre que lui. C'est vrai, il n'était pas tout blanc non plus. Il lui avait menti sur l'origine de sa fortune mais cela s'arrêtait là. Tout le reste était vrai. Mais il aimait tellement Darya qu'il n'arrivait pas à mettre l'échec de leur relation sur son dos. Darya était parfaite et aimante alors elle ne pouvait pas être la fautive : cela avait merdé de son côté. Le jeune homme n'avait pas arrêté de se dire ça jusqu'à ce qu'il apprenne la vérité, qu'il apprenne que Darya était une putain de menteuse. C'était comme se prendre une claque dans la gueule. Il ne s'y attendait pas. Elle lui avait enlevé quatre mois de sa vie et la force de pouvoir aimer quelqu'un autant qu'il l'avait aimé. Darya était la seule petite amie qu'il avait eu jusqu'à maintenant et peut-être même qu'elle sera la dernière. Une sorte de traumatisme. Mais il se consolait en se disant que sur sa pierre tombale sera inscrit « darya je t'attends en enfer. » Maigre consolation.
Il la regardait, attendant qu'elle fasse quelque chose mais visiblement, ils étaient tous les deux résolus à ne pas donner ce que l'autre attendaient. Aucun d'eux ne se baisseraient pour ramasser les cadeaux, Shin parce qu'il avait encore un peu de fierté et qu'il ne voulait pas lui donner ce plaisir et Darya sûrement pour les mêmes raisons, sans rajouter le fait qu'elle voulait s'en débarrasser à tout prix. Son regard ne se détachait pas du sien alors qu'elle lui parlait de remerciement. Il avait envie de rire, la bouche grande ouverte, comme s'il se tapait le délire du siècle mais il se retint. Elle se foutait du monde. C'était comme si elle lui demandait de lui dire merci après qu'elle lui ait écrasé le cœur en mille morceaux. « Tu me prends pour un idiot ou quoi ? » Il regretta immédiatement ses mots parce qu'elle pouvait les retourner contre lui, du moins c'est ce qu'il aurait fait. Si dans un monde parallèle, leurs rôles étaient inversés, il lui aurait dit quelque chose comme : « oui je t'ai pris pour une idiote, c'est pour ça que j'ai réussi à t'extorquer tous ces cadeaux ». Mais cette dimension parallèle n'existait pas et tout ce qu'il pouvait faire était de la fermer et éviter de dire des choses qui l'enfonceraient encore plus.

Ses petites remarques moqueuses ne l'atteignaient pas et il s'y attendait. Tout le monde avait déjà dû lui faire le coup de son accent allemand qui s'entendait trop. Il n'innovait pas trop pour le coup mais c'était la meilleure chose qu'il pouvait faire : lancer des piques, dire des choses blessantes … tout ça n'avait jamais été son fort. Shin n'était pas une personne méchante, s'il pouvait ne pas blesser quelqu'un il le faisait et même si devenir la reine des diamonds l'avait un peu endurci, il n'avait pas atteint le niveau qu'avait atteint Darya. « Wow, t'as vraiment dû avoir une vie pourrie pour avoir une telle vision de l'amour. » Le jeune homme était déchiré entre la pitié et le dégout : pitié parce qu'il ne savait pas qu'il existait encore des personnes qui avaient une vision aussi négative des personnes riches et le dégout car, franchement, le discours qu'elle tenait était à vomir. Et il ne savait pas quoi lui répondre tellement ça le dépassait : elle ne pensait qu'à l'argent, toujours, comme si dans son monde, il n'y avait que ça. L'argent, encore et toujours. Darya était comme sa mère, voilà pourquoi elles semblaient si bien s'entendre. « Jamais je m'excuserais. Plutôt crever. » Et là, il la voyait bien lui répondre : « ok, crève », cela ne l'étonnerait même pas.
« Les contrefaçons te vont bien. Elles sont fausses comme toi. » Il esquiva sa question, ne sachant pas ce qu'elle voulait dire par des « boucles d'oreilles cartiers ». Shin se doutait bien qu'elle parlait d'une marque de bijoux, bijoux qui devaient couter un bras. Mais, n'ayant jamais été très fan des marques de luxe, impossible pour lui de savoir de quoi elle parlait. « Non, ça ira, j'ai plus envie d'être associée à toi. Y a plus de Darya et Shin. Y en a jamais eu en fait. » Triste réalité. « T'as fini sinon ? Tu comptes me faire chier jusqu'à la fin de la journée ? »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

p'tit curieux

MessageSujet: Re: better have my money back (darya)

Revenir en haut Aller en bas
 
better have my money back (darya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 SHADES OF (CRADES) CARDS :: ∞ Salle de musique-